headerphoto
Home > Policy > Congresses/Declarations > Yalta Declaration, 2002
YALTA DECLARATION

May 2002

 

Preamble

 

The 1st International Workshop on Irrigation Management Transfer in Countries with a Transition Economy was held from 18-22 May, 2002 in Yalta, Crimea, Ukraine. The workshop was organized by the European Regional Working Group (ERWG) of the International Commission on Irrigation and Drainage (ICID) and its European Work Team on Sustainable Irrigation Management (EWTSIM) and by the Republic Committee for Water Management of Crimea, with support of :

 

The World Bank; Ministry of Agrarian Policy of Ukraine; State Committee for Water Management of Ukraine; German Agency for Technical Co-operation (GTZ); Ukrainian Academy of Agrarian Science (UAAS); Institute for Hydraulic Engineering and Land Reclamation, Kiev, Ukraine; and Alterra Green World Research Institute, Wageningen, The Netherlands.

 

Irrigation management transfer is the process to delegate the management responsibility and authority for irrigation systems, previously held by governmental institutions, to farmers or organizations of water users. It may also include the transfer of ownership of parts of the systems. Such transfers are in particular taking place in countries with transition economies and are in line with the significant changes from their tradition of centralized planning and production systems into a market economy.

 

Professionals from the Czech Republic, Germany, Hungary, Macedonia, Moldova, The Netherlands, Spain, Russia, Ukraine, the World Bank and ICID contributed to the workshop with keynotes and country reports, discussed the relevant issues and agreed on the underneath recommendations and actions.

 

Conclusions and recommendations

  1. The primary objective of irrigation is to support sustainable agricultural production. In the countries with transition economies the future of the agricultural sector and rural development is still to a large extent uncertain. A number of the countries are in the process of accession to the European Union, which to a certain extent may even increase the uncertainty. This uncertainty has its repercussions for decisions on the extent of and modes for sustainable irrigation development and management. In all the countries the major part of the existing irrigation systems is in a bad state, or even abandoned. Socio-economic and legal aspects of this economic transition are linked to this critical situation. Specific problems concern: the layout of the systems, which is mostly based on the former large-scale kolchoz and sovchoz type of agricultural production, the transfer of irrigation system management from the traditional government agencies towards water management agencies and water users associations, the funding of modernization and resulting operation and maintenance, lack of good governance, unaffordable pumping systems and environmental degradation.In most of the countries there is a significant potential of unexploited agricultural production capacity. Opening up of this capacity will reduce, or prevent the requirement of food imports, create the potential for export of agricultural products. It will also significantly contribute to sustainable rural development. If developed on a sustainable basis, irrigation can play a significant role in such a process. There is an urgent and clearly identified need for institutional reform in irrigation as a precondition for the modernization of the existing irrigation systems. In order to enable the formulation and implementation of sustainable solutions experience with various potential modes of irrigation development and management will have to be obtained. The participants of the workshop recommend their national governments and the international (donor) organizations to support the implementation of the irrigation reform process.
  2. During the workshop several basic requirements in the legal, economical and organizational structures were identified and recommendations concerning these aspects were formulated :
  • legislation and regulation : it is highly recommended that when developing national water legislation for the countries with transition economies to a maximum use will be made of the statements of the EU Water Framework Directive, which takes into consideration environmental economic and social conditions of the country as well as technological features of irrigation and drainage systems;institutions and organisation: after institutional reforms:
    Clarity must exist regarding responsibilities and accountabilities;
    Water users should participate in water management decisions at all levels;
  • financing and economy: there is a need for a transformation towards a viable financial basis for irrigation (substantial government funding and incentives for modernization and declining support for operation and maintenance, and an increasing farmers share for operation and maintenance up to the level of full cost recovery within a timeframe of five years).

Agreed actions

  1. The proceedings of this first workshop will be published in English at short notice. A summarized translation in Russian will be prepared; The European Regional Working Group (ERWG) will disseminate the results of the Yalta Workshop; In each country a comprehensive analysis on the present situation of irrigation management, the problems, as well as the development and management options for sustainable irrigation in future will be made as agreed. This activity will generally require financial support and special assistance of the concerned national authorities.The 2nd International Workshop will be organized in Macedonia in spring 2003. The objectives of this workshop will be :
    • To study and compare the problems in irrigation management that the participatory countries are facing;
    • To formulate sustainable solutions for irrigation development and management, taking into account the special     circumstances of the countries in transition;
    • To prepare a comprehensive publication on the subject.
  2. The European Work Team on Sustainable Irrigation Management (EWTSIM) will promote interchange of information between the activities mentioned here and the following programs and projects :
    • Pilot projects and activities on Irrigation Management Transfer in the concerned countries;Global Dialogue on Water, Food and Environment, with the special objective to support the sustainable implementation of land reform and irrigation management transfer processes in the Ukraine;
    • Dutch-Ukrainian Project towards improved Water management in Ukraine (WATERMUK).

DECLARATION DE YALTA

Préambule

 

Le premier Atelier International sur le Transfert de la Gestion d'Irrigation dans les Pays àEconomies de Transition aétéorganiséà Yalta, la Crimée, en Ukraine, du 18 au 22 mai 2002. L'Atelier a étéorganisé par  le Groupe de Travail RégionalEuropéen(GTRE) de la Commission Internationale des Irrigations et du Drainage, son Equipe de Travail Européenne sur la Gestion Durable de l’Irrigation (ETEGDI) et par le Comitéde République sur la Gestion d'Eau de la Crimée, avec le soutien de :

 

La Banque Mondiale; le Ministère de la Politique Agraire de l’Ukraine; le Comité de l'Etat pour la Gestion d'Eau de l’Ukraine; l'Agence allemande pour la coopération Technique (GTZ); l’AcadémieUkrainienne de la Science Agronomique (UAAS); l’Institut du Génie Hydraulique et de la Mise en Valeur, Kiev, Ukraine; et l’Institut Mondial de Recherche Alterra Green, Wageningen, Pays-Bas.

 

Le transfert de la gestion de l’irrigation est le processus par lequella responsabilité et le pouvoir sur les systèmes d'Irrigation jusqu'ici détenus par les institutions gouvernementales, sont délégués aux agriculteurs ou aux organisations des usagers d'eau. Ce processus pourrait aussi inclure le transfert de la propriété de quelques parties de ces systèmes. De tels transferts sont surtout pertinents aux pays àéconomies de transition, et sont en conformité avec les changements majeurs de leur tradition des systèmes centralises de planification et de production à l’économie du marché.

 

Les professionnels de certains pays - RépubliqueTchèque, Allemagne, Hongrie, Macédoine, Moldavie, Pays-Bas, Espagne, Russie, Ukraine - et des organisations telles que la Banque Mondiale et la CIID ont contribuéà l’'atelier en adressant leurs rapports de pays et prononçant les discours principaux. Ils ont aussi discuté des problèmes pertinents et se sont mis d’accord sur les recommandations et les actions suivantes:

 

Conclusions et recommandations :

  1. L’objectif primordial de l’'irrigation est de soutenir la production agricole durable. Dans les pays à l’économie de transition, l’avenir du secteur de l'agriculture et du développement rural est, dans une large mesure, incertain. Un certain nombre de ces pays précèdentà l’adhésionà l’Union Européenne ce qui pourrait augmenter l’incertitude, et avoir des répercussions sur les décisions portant sur l’importance et la façon du développement et de la gestion durables de l’irrigation.
  2. Dans tous ces pays, une bonne part des systèmes d’irrigation sont en mauvais état ou même abandonnés. Les aspects socio-économiques et légaux de cette transition économique sont liés à cette situation grave. Les problèmes particuliers concernent : le dessin des systèmes qui est surtout basé sur les méthodes de production kolchoz et sovchoz à grande échelled’autre fois, le transfert de la gestion des systèmes d’irrigation, des agencesgouvernementales aux agences de la gestion d’eau et aux associations des usagers d’eau, le financement de la modernisation, de l’exploitation et de la maintenance qui en résulte, le manque de l’efficacité du gouvernement, les systèmes d’exhaure trop chers, et la dégradation environnementale.
  3. La plupart des pays cachent un potentiel important de la capacitéinexploitéede la production agricole. L’accèsàcette capacitéva réduireles besoins del’importation alimentaire, et va égalementcréerun potentiel pour l'exportation des produits agricoles. Cela pourra également contribuer au développement rural durable. Une fois développé de façon durable, l’irrigation peutjouer un rôle primordial dansuntel processus.
  4. Un besoin urgent est ressenti - qu'il est nécessaire d'identifier - des réformes institutionnelles dans le domaine de l’irrigation comme condition préalable de la modernisation des systèmes d'irrigation existants. Afin de formuler et de mettre en œuvre des solutions durables, il est nécessaire d'acquérir des expériencesavec différents modes potentiels du développement de l’irrigation et de sa gestion. Les participants de l’Atelier recommandent que leur  gouvernement et les organisations internationales (bailleurs de fonds) soutiennent la mise en œuvre du processus de réforme en irrigation.
  5. L'Atelier a identifié plusieurs nécessités de base dans les structures légales, économiques et organisationnelles, et a fait des recommandations nécessairesconcernant ces aspects:
  • Législation et règlement: Il est fortement recommandé de consulter au maximum les Directives du Cadre de l’Eau de l'Union Européenne, lors de la législation nationale sur l’eau pour les pays à l’économie de transition. Ces Directives prennent en considération non seulement les conditions environnementales, économiques et sociales du pays, mais aussi les aspects techniques de l'irrigation et des systèmes de drainage.
  • Institutions et organisations: après réformation institutionnelle : Ilfaut de la clarté concernant les responsabilités et la compétence. Les usagers d'eau doivent participer au processus de prise de décisionsàtous niveaux.
  • Financement et économie: Un besoin est ressenti d'une transformationvers une base financière viable pour l'irrigation (financement gouvernemental important, mesures d'incitation pour la modernisation et réduction du soutien à l'exploitation et la maintenance, ce qui entraîne une augmentation de la participation des agriculteurs àl'exploitation et la maintenance au niveau de plein recouvrement de coût dans une période de 5 ans.)

Actions convenues

  1. Le compte-rendu de ce premier atelier serait publiébientôt enanglais. Une traduction abrégée sera préparée en russe.
  2. Le Groupe de Travail RégionalEuropéen(GTRE) va faire diffuser les résultats de l'Atelier de Yalta.
  3. Comme convenu dans chaque pays, une analyse compréhensive sera faite de la situation actuelle de la gestion de l'irrigation, des problèmes ainsi que des options du développement et de gestion d'irrigation durable dans l'avenir. Normalement, cette activité pourra susciter une assistance financière et spéciale de la part des autorités des Etats spécifiques.
  4. Le 2ème Atelier Mondial sera organisé en Macédoine au printemps 2003. Cet atelier vise à :
  • Etudier et comparer les problèmes rencontrés par les pays qui participent àla gestion de l’irrigation;
  • Formuler des solutions durables pour le développement et la gestion de l’irrigation, compte tenu des conditions spéciales dans les pays en transition.
  • Préparer une publication détailléesur ce sujet
  • L'Equipe de Travail Européenne sur la Gestion Durable de l’Irrigation (ETEGDI) est chargée de la promotion de l'échange d'informations entre les activitésmentionnées ici et les programmes et projets suivants:
  • Projet pilote et activités sur le Transfert de Gestion d'Irrigation dans les pays concernés.
  • Dialogue Mondial sur l'Eau, la Nourriture et l'Environnement dans le but de soutenir le processus de mise en œuvre des réformes dans la gestion de la terre, et le processus de transfert de gestion d'irrigation en Ukraine.
  • Projet hollandais-ukrainien qui vise àaméliorer la Gestion de l'Eau en Ukraine (WATERMUK).